MEDIA RELEASE : Uber and Lyft avoiding almost $135 million in taxes

 
For immediate release: 5 July 2021
 
[français ci-dessous]
 
 
OTTAWA - Uber and Lyft avoid paying around $135 million per year in Canadian taxes, including around $81 million in avoided EI and CPP payroll taxes, and up to $54 million in avoided corporate taxes, according to a new report, “Uber-low taxes Lyft ride-sharing revenue”, by Canadians for Tax Fairness (C4TF).
 
The report argues that since these companies claim they operate digital marketplaces, rather than transportation services, the federal government should ensure that Uber and Lyft are subject to its planned 3% digital services tax, which would generate about $60 million annually. “Uber and Lyft depend on public infrastructure. By applying the DST to their revenue, the government would ensure they contribute to the cost of that infrastructure,” said economist Dr. D.T. Cochrane, author of the report.
 
The companies together also avoid paying around $217 million in GST/HST remittance, by placing the responsibility for collecting these taxes onto their drivers.  “Uber and Lyft should collect the full fare, including sales tax,” said Dr. Cochrane. “There is no reason they cannot remit the tax to CRA instead of placing the burden on drivers.
 
While the DST will ensure that Uber and Lyft begin paying some tax, C4TF advocates the classification of ride-sharing drivers as employees. This will make both companies responsible for payroll taxes, provide greater protection of drivers, and ensure proper regulation of Uber and Lyft as transportation companies. 
 
Read the report:
 
MEDIA CONTACTS
 
 
=======================
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 

Uber et Lyft évitent légalement près de 135 millions de dollars en impôts

 
Pour diffusion immédiate : lundi 5 juillet 2021
 
[traduction]
 
OTTAWA - Uber et Lyft évitent légalement de payer environ $135 millions de dollars par année en impôts canadiens, dont environ $81 millions en cotisations à l'assurance emploi (AE) et au Régime de pensions du Canada (RPC), et jusqu'à $54 millions de dollars en impôts des sociétés, selon un nouveau rapport (en anglais), « Uber-low taxes Lyft ride-sharing revenues », par Canadiens pour une fiscalité équitable (C4TF).
 
Le rapport soutient que, puisque ces entreprises prétendent exploiter des marchés numériques plutôt que des services de transport, le gouvernement fédéral devrait veiller à ce que Uber et Lyft soient soumis à leur taxe prévue de 3% sur les services numériques, qui générerait environ $60 millions de dollars par an. « Uber et Lyft dépendent des infrastructures publiques. En appliquant la DST à leurs revenus, le gouvernement s'assurera qu'ils contribuent au coût de cette infrastructure », a déclaré l'économiste Dr. D.T. Cochrane, auteur du rapport.
 
Ensemble, les entreprises évitent également de payer environ $217 millions de dollars en versements de TPS/TVH en faisant porter la responsabilité de percevoir ces taxes à leurs chauffeurs. « Uber et Lyft devraient percevoir le plein tarif, y compris la taxe de vente », a déclaré le monsieur Cochrane. « Il n'y a aucune raison pour qu'ils ne puissent pas remettre la taxe à l'ARC au lieu de placer le fardeau sur les conducteurs. »
 
Alors que la taxe sur les services numériques veillera à ce que Uber et Lyft commencent à payer des impôts, C4TF préconise la classification des conducteurs de covoiturage en tant qu'employés. Cela rendra les deux entreprises responsables des cotisations AE/RPC, offrira une plus grande protection aux conducteurs, et assurera une réglementation appropriée d'Uber et de Lyft en tant que sociétés de transport.
 
Lisez le rapport (en anglais) :
 
CONTACTS MÉDIAS
  • [Anglais] Dr. D.T. Cochrane, économiste et chercheur : dt.cochrane@taxfairness.ca
  • [Français] Darren Shore, Coordonnateur aux communications ; darren.shore@taxfairness.ca
 
 
English